À Vif

Kery James

famille / theatre

Avec son art de la contestation, son discours engagé, sa parole enflammée, Kery James, poète humaniste, rappeur, inventeur de langue, remet en cause son outil au profit du dialogue théâtral. Il présente ainsi À Vif, sa première pièce, dont il est l’auteur et l’un des acteurs. Deux voix s’opposent dans une joute en phase directe avec le monde. Deux avocats s’affrontent, les voix de “deux France” opposées. Une agora passionnée et passionnante. Avec À Vif, Kery James veut faire “une pièce qui participe à la vie de la cité”.

À Vif restaure un cadre possible du ‘vivre-ensemble’ par l’échange de la parole ; il réveille un théâtre politique, radical, nécessaire parce que poétique.” — Pierre Notte

“Les deux France se rencontreront au théâtre, dans le réel et peut-être même, échangeront. Ce sera déjà un petit pas vers le vivre-ensemble. Les montagnes sont faites de petites pierres.” — Kery James

Partenaires médias :  logo Fip

Distribution

De : Kery James
Avec : Kery James et Yannik Landrein
Mise en scène et voix off : Jean-Pierre Baro

Collaborateur artistique : Pascal Kirsch
Scénographie : Mathieu Lorry Dupuy
Création sonore : Loïc Le Roux
Création lumière / vidéo : Julien Dubuc
Conseiller à la dramaturgie : Samuel Gallet
Régisseur général : Thomas Crevecoeur

Dans la presse

« Le rappeur Kery James passe au théâtre – Le choix des mots :
L’état est-il seul responsable du malaise des banlieues ? Dans la pièce A vif le rappeur Kery James, auteur et acteur, plaide pour le non. »
Télérama (4 janvier 2017)

« À vif », prête ses mots et leur puissance au théâtre : Une réflexion puissante et crue sur une France souvent mise de côté, avec les mots et l’engagement d’un artiste plus que convaincant sur scène. Du rap aux planches, les mots de Kery James ne perdent aucune force. Sur scène, le rappeur prolonge son art en se faisant réellement avocat, engagé dans une joute verbale avec un autre aspirant au barreau qu’incarne Yannik Landrein. Plus que les mots, percutants, que le rythme, emballé et puissant, c’est le lieu et le public, mélangé, qui importent. La banlieue, ce mot qui fait souvent peur, objet de fantasmes et de déformations médiatiques… On en rit, on la prend en pleine figure. Avec À vif, ce sont surtout deux France qui ne se rencontrent jamais qui se côtoient enfin pour un temps. » – France Info – Yann Bertrand (12 janvier 2017).